*

Propager une nouvelle
avec l'outil radar

ouvrir le formulaire
Infos personnelles




Message:
Votre message a bien été envoyé. Merci d’avoir utilisé le Radar Infoman!

Le nouvel abri de la droite américaine

5 février 2013
Auteur | Infoman

facebook

Facebook a beau avoir annoncé récemment qu’il comptait 1,06 milliard d’utilisateurs par mois, il reste une frange de la population qui ne se reconnaît pas dans cet univers parallèle où le trivial côtoie le moins trivial.

En effet, la droite américaine n’aime pas Facebook parce que le site a été, dès ses débuts, noyauté par la gauche libérale, devenant au fil des ans un sanctuaire où les idées socialistes pouvaient être disséminées comme une traînée de poudre. Pas étonnant, donc, que l’équipe de Barack Obama a déployé autant d’efforts pour mobiliser les sympathisants démocrates l’an dernier par l’entremise de cette plateforme.

Eh bien, aux grands maux, les grands remèdes. Dans une démarche qui ne saurait déplaire aux Éric Duhaime, André Pouliot et Radio X de ce monde, le Tea Party, ce regroupement d’Américains un tantinet fanatisés cultivant la méfiance envers le gouvernement, a lancé son propre site de réseautage social : le Tea Party Community.

Fonctionnant par un système d’adhésion « sur invitation seulement », le Tea Party Community est né, selon ses créateurs, de la nécessité d’échapper à la censure qu’exerce Facebook sur les membres logeant à droite. Il compterait à ce jour quelque 50 000 abonnés.

Si le réseau ressemble en tous points à Facebook, c’est pour éviter d’imposer une « courbe d’apprentissage » aux nouveaux utilisateurs, explique l’un des cofondateurs. Bon, dit comme ça, on pourrait croire qu’il s’agit d’un commentaire sur les capacités du public cible, mais il faut voir plus loin. En clair, il faut que les nouveaux abonnés puissent au plus vite chialer contre Obama et son plan pour mieux encadrer les armes à feu.

Finalement, le Tea Party Community, c’est un peu comme si on prenait des dizaines de milliers de personnes, qu’on les « scotchait » devant Fox News, puis qu’on les écoutait commenter en temps réel ce qui se dit à la télé. Enfin, à l’abri de la « censure », les dérapages seront non seulement permis, mais garantis!

5 février 2013
Auteur | Infoman